Aujourd'hui,
HomeNous Contacter

Le Pasteur nous enseigne :




Bien aimés,

Chers frères et sœurs,

Laissez-moi ajouter à tous les vœux et cadeaux que vous avez déjà reçus de vos proches, les mots ci-dessous, pour vous souhaiter une bonne année riche en bénédictions de la part de Celui qui est fidèle d’âge en âge !
Quelles ont été vos expériences en 2013 ? Je sais par ma propre expérience que des rêves non encore accomplis peuvent encore vous hanter ; que des doutes ou des craintes de 2013 risquent encore de vous garder captifs. Au point qu’un certain succès dans un domaine ou un autre ne vous empêchera pas en 2014 de continuer à vivre avec un désespoir « en veilleuse » !
Mais sachez-le, vous n’êtes pas obligés de laisser les évènements ou les circonstances passés continuer à définir votre vie. Au contraire, apprenez à libérer la puissance de Dieu au travers de la foi ; développez et mettez votre foi en action ; utilisez la parole de Dieu pour vaincre les épreuves de votre vie. La parole de Dieu ne dit-elle pas :
“Voici, je vais faire une chose nouvelle, sur le point d'arriver: Ne la connaîtrez-vous pas? Je mettrai un chemin dans le désert, Et des fleuves dans la solitude.” Es.43:19.
Rappelez-vous que les circonstances de la vie sont passagères , mais que la parole de Dieu qui nous promet des choses nouvelles ne passe jamais. Faites donc de vos circonstances de l’année 2014 une opportunité de marcher en plus que vainqueurs, par Celui qui nous a aimé.!
Amen !
BONNE ANNEE 2014 !

Révérend Dr Kibutu Ngimbi Célestin
Pasteur de l’EIB


EIB, où allons-nous ? Que se passe-t-il ?

Ma responsabilité de visionnaire de l’EIB et de père spirituel de certains, par la grâce du Seigneur Jésus-Christ, m’amène périodiquement à m’exprimer sur les questions liées à la continuité de notre travail pour Dieu et sur notre compréhension de certains faits qui nous entourent.

1. Le fondement de notre activité d’église n’est pas lié aux circonstances de la vie, fussent-elles heureuses ou pas. Car celles-ci sont passagères et donc changeantes. Il est plutôt fondé sur trois faits inébranlables :
premièrement, sur la foi de chacun de nous en Jésus-Christ. Il s’agit là de la conversion individuelle au Seigneur Jésus, qui, autrefois avait dit à Nicodème, « vous devez naître de nouveau » (Jn 3).
Deuxièmement, sur le contrat d’alliance spirituelle et sociale né lors de la naissance de l’Eglise internationale de Bruxelles, le 20 octobre 1985. Nous n’étions encore que 16 frères et sœurs. Cependant, nous étions déjà certains que nous commencions là un voyage agréable, car le commandant du bateau spirituel au bord duquel nous avions embarqué était le Seigneur Jésus Lui-même. N’a-t-Il pas dit : « Je suis le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14).
Troisièmement, le plus grand besoin de nous tous tout au long de ce voyage spirituel, c’est notre persévérance qui est soutenue par l’enseignement biblique, le frottement fraternel, la fraction du pain à la Sainte-Cène et nos prières »(Act.2 :42).

Voilà le solide fondement de notre activité au sein de l’EIB. Retenons le fait que le Dieu vivant, le Père du Seigneur Jésus-Christ, ne laisse jamais tomber et non plus ne livre à la confusion ceux qui s’appuient sur Christ, le fidèle bâtisseur de l’Eglise. C’est pourquoi, notre bonheur et la solidité de notre communauté sont assurés par notre relation permanente avec le Seigneur Jésus commencée le jour de nos individuelles et respectives conversions ; et nous devons les nourrir inlassablement par les moyens de grâce dispensés au sein de notre assemblée, sans oublier les autres richesses spirituelles que le Saint-Esprit nous donne souverainement comme Il veut, quand Il veut et où Il veut.

2. Les épreuves font partie de la vie de chacun de nous. Elles peuvent être personnelles (la santé, les besoins professionnels et autres) ; comme également elles peuvent être communautaires, par exemples : trouver un lieu où prier comme en 1993 ; assumer sagement les départs de quelques-uns des nôtres en 2000. Les épreuves peuvent parfois être d’ordre théologiques ou administratives ; lorsqu’il me fallait, par exemples, avec mes conseillers, maintenir ou interrompre des relations avec une association missionnaire en 1998, ou se séparer d’une plateforme administrative en 2010, avec lesquelles nous ne partagions plus les mêmes convictions. Comme cela s’est passé entre Barnabas et Paul et bien d’autres dans l’histoire de l’Eglise. Ils ne travaillaient plus ensemble, mais ils sont restés attachés au Seigneur Jésus-Christ. Ce sont là les épreuves, des tests, que Dieu permet ou que parfois l’ennemi peut envoyer contre nous. Mais comme le Maître absolu de la moisson l’a dit : « Si une maison est construite sur le roc, elle subsistera. Mais si elle est construite sur le sable, elle s’écroulera. » Heureusement, chacun de nous qui est né de nouveau a fondé sa vie chrétienne non sur un homme, ni sur une institution, mais sur Christ, en lui livrant nos vies, par la repentance et la foi, suivies de notre persévérance et le soutien que nous apportent la miséricorde et la grâce de Dieu. C’est cela qui signifie, bâtir sur le Roc. Par conséquent, nul doute, l’EIB subsistera, aussi longtemps que le salut et la persévérance de ceux qui la composent, subsisteront !

3. Notre mission. Nous devons comprendre que la responsabilité missionnaire d’une communauté chrétienne est évolutive. L’apôtre Paul qui a pu partager son parcours missionnaire, parle de quatre voyages missionnaires ! Il est donc normal que chaque communauté locale évolue dans l’accomplissement de la mission qu’elle a reçue du Seigneur Jésus-Christ.
Ainsi, l’EIB a commencé sa mission en 1985, par offrir un lieu de prière aux étudiants africains de Bruxelles. Pour cela, nous n’avions besoin que d’une adresse. Le temple d’une église baptiste à Woluwe, et ensuite l’Eglise de la rue du Moniteur, pour ne citer que ces deux-là, nous facilitèrent la tâche ; c’était notre première mission. On l’appela, l’Eglise africaine de Bruxelles. Nous avions nos cultes dans les après-midis, car les temples qui nous étaient prêtés étaient occupés, les avant-midis. Mais aussi, parce que nos jeunes convertis de l’époque jonglaient souvent entre deux assemblées. Dans la suite, ayant acquis plus de stabilité, avec l’émergence des familles, la multiplication d’activités et la croissance en nombre, le besoin d’un lieu à nous s’était vite imposé. Là encore, Dieu guida toutes choses et nous nous sommes retrouvés propriétaires d’un lieu propre à nous, à Schaerbeek, en 1994.
Cette nouvelle situation avait permis que l’EIB croisse : au point que, plus de 100 frères et sœurs étaient formés pendant plusieurs cessions de neuf mois, dans notre institut missiologique et pastoral. De même, cinq églises furent implantées sur trois continents : en Europe, en Afrique et en Amérique, vous le savez.
Nous sommes actuellement dans le troisième chapitre missionnaire de l’EIB qui a commencé en 2004. En ce moment-là, nous espérions acheter un autre lieu, comme nous l’avions fait en 1994. Mais au bout de trois années d’attente, nous avons compris que le Saint-Esprit nous faisait entrer dans une aventure particulière : celle d’offrir à la ville, un centre international en vue de rendre le témoignage de l’Evangile et la foi charismatique le plus visible possible, tout en dépendant uniquement des ressources de Dieu. Par ressources de Dieu, vous membres de l’EIB, vous comprenez de quoi je parle ici. Et depuis 2007, nous voyons sous nos yeux la grâce de Dieu nous sourire année après année. La tenue de nombreux et grands événements évangéliques à l’EIB (Uyttenhove, 45-47) ces cinq dernières années, parmi lesquels, « Bruxelles Tout est Possible » en juin 2013, ne peut que nous encourager.
Au moment où j’écris cet article, le 04 novembre 2013, nous entrons dans la ligne droite de la tenue, au centre de l’EIB, de la conférence internationale de guérison du 08 au 11 novembre 2013. Tout ceci devrait nous faire comprendre que nous ne sommes plus une église locale quelconque. Nous sommes un centre de rayonnement missionnaire dans la ville de Bruxelles. Et en tenant de tels propos, je m’empresse de préciser qu’il n’y a aucun mérite dans tout ceci. C’est tout simplement l’expression de la miséricorde et de la grâce de Dieu. Humblement, nous disons merci au Seigneur Jésus-Christ, tout en lui disant également, « nous te servirons comme Tu voudras. »

Pour finir, vous pouvez constater avec moi, qu’une telle vie d’église est particulière : car il y a de nombreux moments où nous sommes entre nous-mêmes, dans nos célébrations locales de vendredi à 19h et de dimanche à 10h. Et puis, viennent d’autres moments où des frères et sœurs venant d’autres communautaires, peuvent se sentir appelés par le Saint-Esprit à se joindre à nous, le temps d’un projet évangélique organisé en commun, pour rayonner spirituellement ensemble, avant de retourner chez eux ! Voilà l’équation charismatique à laquelle nous sommes actuellement confrontés. C’est émerveillant. Mais en même temps, vous le constatez déjà, ça nous coûte une importante adaptation. Prions davantage, afin que Dieu nous donne à comprendre le bien-fondé de la mission d’évangélisation urbaine qu’Il nous confie, à cette belle époque de notre mission pour la ville de Bruxelles. Afin que le Seigneur Jésus trouve encore, comme par le passé, chacun de nous fidèle à son poste. Que notre Chef suprême et grand Roi Jésus-Christ, vous bénisse tous !

Rév. Dr Kibutu Ngimbi

Grimbergen, le 04 novembre 2013


Convocation au Jeûne d'Esther


"Va, rassemble tous les juifs et jeûnez sans manger ni boire pendant trois jours, ni la nuit, ni le jour." Esther 4:16.
Nous avons étudié les liens qui peuvent ronger une famille et avons pris conscience de la condition dans laquelle peuvent se retrouver certaines familles. Pour les briser, nous avons besoin de puissance et d’autorité pour pouvoir.
Le point fondamental décrivant l’importance de ce jeûne est que :
C’EST UN JEÛNE DE PUISSANCE, DE DELIVRANCE et D’INTERCESSION
Ouvrons ensemble le livre d’Esther ; nous y trouvons quatre personnages principaux :
• Le roi Assuérus : Image de Jésus, notre Roi.
• Mardochée : Image du Saint-Esprit.
• La reine Esther : Image de l’épouse de Christ.
• Haman : Image de Satan.
Au temps de la reine Esther, Haman voulut détruire le peuple de Dieu (Esther 3); Mardochée demanda à Esther, sa fille adoptive, de parler au Roi Assuérus (Esther 4). Il s’agissait donc de la vie ou de la mort d’un peuple entier ! La reine Esther, interpellée par la situation et par Mardochée ("le Saint-Esprit"), résolut de s’humilier dans le jeûne et de convoquer le peuple :
"Va, rassemble tous les juifs et jeûnez sans manger ni boire pendant trois jours, ni la nuit ni le jour." (Esther 4:16).
Après le jeûne d’Esther, nous voyons que la reine qui risquait sa vie en se présentant devant le roi, a été exaucée et ceci à deux reprises (Esther 5 et 8) Cette "mort à soi" de trois jours et trois nuits a été le déclenchement de cette succession de grâces.
C’est un jeûne de puissance qui fait échec à la destruction, qui renverse les situations les plus extrêmes, qui arrache les âmes de l’enfer et qui brisera les liens sous lesquels des familles ploient depuis des années.
Pendant ces moments, nous serons donc conduits par le Saint-Esprit dans des actions de prières efficaces en faveur des familles et de notre église.
« C’est une action de conquête dans laquelle Mon Nom est engagé, car c’est au Nom de l’Éternel que vous irez pour vaincre. » Dit le Seigneur.
"Sonnez de la trompette en Sion ! Publiez un jeûne, une convocation solennelle !
Assemblez le peuple, formez une sainte réunion !" (Joël 2:15)
Ceux qui ont des problèmes de santé peuvent se joindre aux trois jours en jeûnant partiellement, car Dieu regarde au cœur.
Le troisième jour, le dimanche à la fin du culte, le jeûne se terminera par un repas léger (exemples : des légumes et de fruits… Cela permet à chacun de repartir en bonne forme (Esther 5:1-5; Marc 8:2).
Pasteur Kibutu


Vœux du nouvel an 2012

Chers frères et sœurs,
Chers disciples de Jésus-Christ de l’EIB et de ses églises filles : de la Louvière, d’Alost, de Londres, de Saint-Brevin-Le Pin, de Raleigh et d’Abidjan ; ainsi que de l’équipe de représentation à Kinshasa :
L’occasion m’est donnée de vous souhaiter une bonne et heureuse année 2012, à vous tous qui êtes devenus, au fil du temps, plus que des membres de famille pour moi et moi pour vous ! Au point que nos réunions sont plus que des cultes, mais des retrouvailles familiales ! A un moment, Jésus a pu dire à ses disciples : « Je ne vous appelle plus serviteurs, mais amis … » C’est cela le sens complet et profond du mot « Koinonia », communion, dans laquelle persévéraient les croyants de l’Eglise Primitive. Etant leurs descendants, nous avons raison de marcher dans leurs pas.
L’année 2012 ne sera pas comme les autres, car des signes évidents d’une grâce particulière se font sentir. Le Saint-Esprit qui nous a commandé de racheter le temps, est certainement le Premier à vouloir le gagner. Il multiplie les visions, les plans divins et nous motive à payer de plus grands prix dans les prières ainsi que tous les autres sacrifices liés à notre vocation, afin que nous ne soyons pas pris au dépourvu à chaque étape de l’évolution de l’œuvre qu’IL nous a confié.
Ce que Dieu veut pour nous tous, c’est la qualité de notre caractère qui doit de plus en plus refléter la personne de Christ et de notre engagement à faire ce qui contribue au progrès du fruit de Son œuvre en nous et parmi nous. Car le FRUIT demeure le critère sur lequel nous sommes jugés.
Veillons donc sur nous-mêmes et les uns sur les autres dans l’amour du Seigneur, pour qu’aucun ne se retrouve en marge de la vie communautaire ! Héb.10 :22-25. Car personne ne peut dire qu’il se suffit à lui-même. Sachons mes frères et ma sœurs que ce que nous donnons aux autres, ils nous le donneront à leur tour. C’est donc à chacun de nous de donner aux autres ce que nous espérons recevoir d’eux !
Prions pour l’annonce de l’Evangile dans les lieux où le Seigneur nous a établis. Priez pour moi, pour les diverses occasions qui s’ouvrent à mon jeune apostolat au courant de la nouvelle année, afin que les territoires qui seront visités soient conquis pour le Royaume de Dieu. Prions pour nos nations, principalement pour le Congo Kinshasa, qui est pris au piège de beaucoup d’enjeux qui ne sont pas toujours au bénéfice du peuple congolais. Dieu détient un dessein pour cette nation, prions pour qu’il s’accomplisse.
Passez un réveillon fraternel et édifiant. Je vous béni tous et chacun, au nom puissant de J-C.
Rév. Dr Kibutu Ngimbi. Grimbergen, le 31 déc. 2011.


Par Noël, désormais le Royaume de Dieu est au milieu de notre monde, depuis le premier siècle.
Jésus ne fêtait pas ses anniversaires comme nous le faisons pour les nôtres ! Cela explique le fait que ses disciples n’ont pas fêté Noël. Mais aussi, il me semble que le contexte juif qui véhiculait d’autres versions au sujet de cette naissance du Christ (lire Flavius Josèphe et Philon) pouvait faire retarder cette célébration.
Mais très tôt, dès le milieu du quatrième siècle, témoigne le célèbre homme de Dieu Jean Chrysostome, en 365 après Jésus-Christ (lire Oscar Cullmann), un besoin d’être reconnaissant s’imposait à l’Eglise au sujet de la conception miraculeuse du Christ par le Saint-Esprit et sa venue dans notre monde célébrée visiblement par les anges des cieux (Luc 2 :13). Si donc les anges ont fêté cette naissance, pourquoi l’Eglise devrait être en reste ? D’autant plus que cette naissance inaugure inévitablement l’irruption du salut en puissance et la défaite des puissances du mal. Car Celui qui est né est bien Lui qui chassera les démons et qui sera crucifié pour nos péchés ! Donc, sans le moindre doute, célébrons tous Noël de concert avec, jadis, les anges !

JOYEUX NOËL A TOUS CEUX QU’IL A AGREES, EN LES SAUVANT ! Et ENTREZ DANS LA NOUVELLE ANNEE 2011 EN PLUS QUE VAINQUEURS, CAR CHRIST A VAINCU ET CONQUIS LE MONDE !

Rév. Dr Kibutu Ngimbi Célestin.


DIEU, LE SEXE, ET TOI.

Mon cher ami, Ma chère amie,
Sais-tu que tu as été spécialement créé(e) par DIEU ?
Sais-tu que le Dieu qui t’a crée(e) veut que tu sois satisfait(e) dans ta vie ?
Sais-tu que Dieu, à cause d’un amour spécial pour toi, a mis en toi cette capacité sexuelle que tu possèdes ?
Sais-tu que Dieu t’a donné cette capacité sexuelle pour ton bien et non pour ta destruction ?

Oui, ta capacité sexuelle n’est pas le produit d’un accident .Dieu l’a mise en toi et t’a vu(e) avec tes organes sexuels et tes capacités sexuelles comme étant très bon. Il n’y a rien de mauvais dans le sexe. C’est l’un des bons dons que Dieu a faits aux hommes qu’il a créés.

Dieu étant le Créateur de nos capacités sexuelles, connaît mieux que nous les conditions dans lesquelles ces capacités devraient être utilisées afin d’apporter une satisfaction durable. Ces conditions ont été clairement énoncées dans Son « livre d’instruction sur les Affaires Sexuelles ». Ce livre d’instruction sur les Affaires Sexuelles est appelé la Bible. Dans ce livre, Dieu le Créateur du sexe, a dit tout ce que l’homme a besoin de savoir sur comment utiliser ses capacités sexuelles. Il n’a ni compliqué les choses, ni posé des conditions qu’il est impossible à l’ homme de remplir. En fait, toutes ces instructions sont pour le bien de l’homme. Dieu les lui a données comme preuve d’amour, et non pour restreindre sa jouissance.

Je sais que tu commences déjà à te demander quelles sont ces instructions établies par Dieu afin que tu aies une vie sexuelle accomplie, agréable pour Dieu pour toi-même, pour ton partenaire, et pour le monde entier .Continue la lecture, cher(e) ami(e).

Dieu dit dans la Bible que l’homme quittera son père et sa mère, s’attachera à sa femme et les deux deviendront alors une seule chair. Ceci veut dire qu’un homme doit s’établir hors de sa famille et de tous les autres, prendre publiquement une femme comme épouse, et les deux peuvent alors s’engager, dans une relation sexuelle avec la pleine approbation et toutes les bénédictions de Dieu. En disant ceci, Dieu en tant que Créateur, est aussi en train de dire que toutes les autres relations sexuelles ne sont pas autorisées par Lui, parce qu’en définitive elles vont nuire à l’homme. Aucune relation sexuelle interdite par Dieu ne peut procurer une jouissance durable à l’homme.

Ceci veut dire qu’avant que deux personnes quelconques ne s’engagent dans une relation sexuelle quelconque, elles doivent se poser les questions suivantes :
1- Cette relation est-elle permise par Dieu ? Est-ce qu’Il l’approuve ?
2- Cette relation nous procurera-t-elle le bonheur à nous qui y sommes engagés, maintenant, et pour tout l’avenir sur la terre et tout l’avenir après la mort ?
3- Cette relation procurera-t-elle du bonheur pour tout le temps et toute l éternité à des enfants qui pourraient en naître ?
4- Cette relation procurera-t-elle du bonheur à tous nos parents et membres de famille ? Contribuera-t-elle à bâtir une nation ? Fera-t-elle du monde un endroit plus agréable pour les hommes ?

Les relations sexuelles dans lesquelles on s’engage selon les instructions de Dieu prescrites dans la Bible répondront à toutes les questions ci-dessus par un « OUI». Les autres relations sexuelles que Dieu n’approuve pas répondent à ces questions par un « NON ». Bien qu’on ne doive pas s’engager dans toute relation sexuelle qui répondra par un « NON » aux questions ci-dessus, les gens s’y sont engagés et ont entretenu de telles relations. Celles-ci incluent :
a) La Fornication : C’est une relation sexuelle entre deux personnes non mariées. Ces deux personnes peuvent être des élèves, des étudiants ou juste n’importe qui.
b) L’Adultère : C’est une relation sexuelle entre deux personnes dont l’une est mariée, ou dont les deux sont mariées mais pas l’une à l’autre.
c) L’Homosexualité : C’est une relation sexuelle entre deux personne du même sexe. Si par exemple un homme a une relation sexuelle avec un autre homme c’est de l’homosexualité. Lorsqu’une femme a une relation sexuelle avec une autre femme, c’est une forme d’homosexualité appelée lesbianisme.
d) La Masturbation : C’est l’acte qui consiste à s’exciter soi-même pour parvenir à une expérience sexuelle.
Ces relations sexuelles interdites par Dieu peuvent aussi être entretenues en pensées seulement. En définitive cela n’importe pas si la relation a eu lieu dans les pensées ou bien si on a permis que les pensées deviennent des actes. Dieu regarde au cœur, et il voit la violation de Sa loi à la racine même des choses. La Bible dit : « Quiconque regarde une femme pour la convoiter a déjà commis un adultère avec elle dans son cœur. » (Mathieu 5 :28). Il y a des gens qui lisent et romans immoraux, qui regardent des films immoraux qui vont dans des danses immorales et dans des boîtes de nuit. Il y en a qui caressent, donnent des baisers, flirtent et touchent des parties du corps des autres qu’ils ne devaient pas toucher. A travers ces choses, ils remplissent leurs pensées d’immoralité, et même lorsque ces pensées ne sont pas transformées en actes, ces gens sont tout de même impurs devant Dieu qui voit tout. En plus, lorsque des occasions se présentent, ceux qui ont des pensées impures mettent en pratique ce qui a rempli leurs cœurs.
Il y a salaire pour tous ceux qui violent les de Dieu concernant la vie sexuelle. Ce salaire est à deux dimensions. La première, c’est l’avance de solde et la deuxième, c’est le salaire complet. Tu as certainement envie de savoir en détail de quel salaire je parle.
L’avance de solde inclut les jeunes filles qui vont à l’école et deviennent enceintes. Cela entraîne la naissance d’un bébé qui n’est pas désiré ni par sa mère, ni par son père, et qui risque de ne pas grandir dans un foyer où il recevra amour et soins. Un tel enfant souffre beaucoup psychologiquement, et plus tard, il aura tendance à produire des enfants qui lui ressemblent. Car « Tel père, tel fils ». Ou bien, la fille peut commettre un avortement. Un enfant est ainsi tué ! La mère porte toute sa vie la culpabilité d’un meurtre. Elle pourrait devenir stérile à cause de l’avortement et ne plus jamais avoir des enfants. Ceci pourrait conduire à un mariage malheureux ou à un divorce. Sa carrière pourrait être détruite parce qu’elle a dû quitter l’école à cause de cette grossesse. Elle pourrait ne plus se marier, car plusieurs hommes ne veulent pas épouser des filles qui ont déjà eu des enfants avec d’autres hommes. Les espoirs des parents pourraient s’effondrer, etc. Aimerais-tu que cela arrive à ta fille ? Aimerais-tu être ce bâtard ?
Le garçon pourrait attraper une maladie vénérienne qui détruira sa santé, ses finances et le rendra stérile ou impuissant. Il pourrait transmettre la maladie à d’autres, à sa femme, à ses enfants, et faire ainsi souffrir beaucoup de gens. Aimerais-tu être un tel homme ?
La femme pourrait ne voir son mari qu’à 2 h du matin chaque jour. L’argent pourrait être dépensé pour la femme du dehors, alors qu’il n’y a rien pour l’épouse et les enfants à la maison. Aimerais-tu être cette femme ? Le mari pourrait être tué et jeté dans le canal pour qu’un autre homme le remplace. Ce sont là juste quelques exemples des instructions de Dieu.
Le salaire complet viendra aussi. L’avance de solde n’est qu’une assurance que le salaire complet arrive. Au jour du jugement, Dieu punira tous ceux ont violé sa loi, en les jetant dans l’étang de feu. La Bible dit : « Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques (fornicateurs) les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et souffre, ce qui est la seconde mort » (Apocalypse 21 : 8). La bible dit encore : « Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront pas le royaume de Dieu ? Ne vous y trompez pas ; ni les impudiques (fornicateurs), ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront pas le royaume de Dieu »(1Corinthiens 6 :9-10). Ceci veut dire que si tu as commis n’importe quel autre péché, tu iras dans l’étang ardent de feu. Peu importe que tu aies péché une seule fois ou plusieurs fois. Tu es perdu (e). Tu ne peux pas te cacher loin de Dieu. Il te connaît et toute ta vie est enregistrée devant Lui. Il faut qu’il te paie pour tes actions, tes paroles et tes pensées pécheresses.
Bien que tout le monde ait péché d’une manière ou d’une autre, spécialement dans le domaine sexuel, Dieu aime le pécheur. Toi qui est fornicateur, adultère, toi qui as commis l’avortement ou as transmis les maladies vénériennes aux gens, Dieu t’aime beaucoup. Il a manifesté Son amour pour toi non à travers une philosophie, ou une religion, mais à travers une personne, c’est Jésus-Christ. La Bible dit : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne périsse point mais qu’il est la vie éternelle » (jean 3 : 16). Dieu a envoyé Jésus-Christ dans le monde pour sauver les pécheurs. Jésus-Christ est allé à la croix mourir là où tu aurais dû mourir, à cause de ton péché et de tes péchés. Toute l’immoralité que tu n’as jamais commise a été mise sur Lui et Il l’a portée pour toi et est mort à ta place. Il a été puni pour toi afin que Dieu ne te punisse pas au jour du jugement à cause de tes péchés. Il n’est pas seulement mort pour toi, IL est ressuscité des morts et Il vit à jamais.
Il est prêt à venir dans ta vie par son Saint-Esprit et à réparer tout ce qui dans ta vie est brisé et déréglé à cause de tes péchés passés.
Il est prêt à te redonner ta virginité, à te guérir de tes maladies vénériennes, et à ôter ton impuissance et ta stérilité.
Il est prêt à te guérir de tes problèmes psychologiques et émotionnels ;
Il est prêt à guérir ton foyer bridé et à restaurer une bonne relation entre toi et tes parents ou tes enfants.
Il est prêt à te changer radicalement de manière que tu puisses devenir la personne merveilleuse qu’Il voulait que tu sois.
Oui, Il veut faire cela et à la fin te donner la vie éternelle. La Bible dit : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature ; les choses anciennes sont passées, voici, toutes choses sont devenues nouvelle » (2 Corinthiens 5 :17)
Je suis persuadé que tu veux sûrement être pardonné par Dieu, uni (e) avec Jésus et libéré (e) du salaire du péché. Je crois que tu veux le faire maintenant. Tu le peux. Jésus désire ardemment te recevoir maintenant. Tu peux prier de la manière suivante, en le faisant de tout ton cœur. Dieu te répondra immédiatement. Ainsi, prie : « Seigneur Dieu, j’ai péché dans mes pensées, mes paroles et mes actes. Je crois que Jésus est mort sur la croix à ma place. Je crois maintenant qu’IL est mon Sauveur et mon Seigneur. Pardonne-moi pour tous les péchés que j’ai commis et guéris-moi de toutes mes maladies. Fais de moi Ton enfant. Envoie Ton
Saint-Esprit, enfin qu’il vive en moi maintenant et me donne la force de Te suivre jusqu’à la fin. Merci d’avoir écouté ma prière et d’y avoir répondu maintenant. Amen. »
Si tu as ainsi prié sincèrement, alors Dieu t’a pardonné (e) et tu es maintenant Son enfant. En tant qu’enfant de Dieu, il faut que tu arrêtes immédiatement toutes tes pratiques de péché du passé. Ainsi donc, plus de fornication, plus d’adultère, plus de masturbation, plus de lecture de romans immoraux ; tu ne dois plus fréquenter les endroits qui susciteront en toi des pensées immorales. Romps immédiatement tes relations avec tes anciens partenaires de sexe et suis Jésus de tout ton cœur.
Je t’aime. Que Dieu te bénisse.

Professeur Zacharias Tanee Fomun

Ecris-nous tout de suite et nous prierons pour toi, et le Pasteur Dr Kibutu répondra à toute question que tu pourrais vouloir poser.


La crise de l'Eglise congolaise : causes et solutions

(Vous pouvez aussi écouter son interview par la radio Congovision en fin de chapitre)

Je réagis à cette étude pour deux raisons : premièrement, ce sujet touche ma thèse défendue en septembre 2000 à la Evangelische Theologishe faculteit à Leuven (Flandre, Belgique) : « Nouvelles églises indépendantes, un phénomène ecclésial observé au Congo Kinshasa et auprès de ses extensions en Europe Occidentale : Approche historico-missiologique ». Deuxièmement, c'est à cause de l'influence incalculable dans l’avenir, que peut avoir la diffusion sur le site très populaire « Congo vision » des conclusions du Dr Kipuke. Sous réserve d'avoir accès au texte complet de l'auteur.
•1. Comme l'a indiqué l'un des intervenants, l'Eglise missionnaire de la RDC a toujours eu ses problèmes internes très nuisibles à son développement depuis le départ de ses missionnaires. Exemples : l'ethnisme et les luttes pour le pouvoir. On ne peut pas devenir une dénomination nationale, voire internationale, en demeurant tribale (ethnique) pendant plus de 50 ans.
•2. La collaboration avec les gouvernants. L'Eglise et ses chrétiens obéissent à l'autorité mais ne devient pas politicienne. L'Eglise du Congo pèche contre le principe de séparation Eglise-Etat cher aux Réformateurs. On peut nier le fait, mais la population voit et y croit. Pourquoi avoir accusé les Catholiques de collabo des Colons quand, juste après, on fait de Mobutu « un Evêque », si pas un « Messie » ? (Lire Kabongo-Mbaya, 1992, Karthala)
•3. Le niveau intellectuel bas de l'élite de l'Eglise. Les diplômes des pasteurs ressemblent à des titres académiques comme les autres, mais le niveau intellectuel a toujours laissé à désirer. La preuve ? Leur absence totale au débat médiatique et dans les publications.
•4. La nouvelle église indépendante, dite de réveil, n'est pas du tout hérétique, pour les raisons suivantes : a) Sa naissance. Elle est née à partir du mouvement charismatique qui a touché les milieux universitaires anglophones d'Afrique (Nigéria et Ghana entre 1970 et 1975), et puis, le Campus de Kinshasa en 1974 ; b) La majorité de ses leaders sont nés de nouveau. Ceux qui le sont savent de quoi je parle ; c) Les prédications faites en leur sein sont bibliques avec une interprétation littérale de la Bible, les avoisinant au Pentecôtisme de 1906 ; d) Leur doctrine rappelle les convictions théologiques de Charles Finney, Torrey et Watchman Nee. Ces derniers étaient-ils jamais déclarés hérétiques ? En outre, ces églises sont-elles coupables de croire sérieusement aux miracles, comme l'ont fait les apôtres de Jésus ? Alors ceux qui ne croient pas sont les successeurs de quel Christianisme ? Moi je crois à tous les miracles : même si mon fils n'est pas encore guéri de sa maladie, je crois à la guérison divine. Même si je n'ai pas ressuscité mon fils décédé en 1993, je crois en la résurrection de mort ici et maintenant, bien avant la résurrection collective des morts au dernier jour. Pourquoi ? Parce que la Bible le dit, et Jésus et ses apôtres l'ont fait. Dans les réunions de ces églises, les démons sont chassés. Avec quel pouvoir ? Au nom de Jésus à qui ces églises appartiennent.
•5. Ce mouvement n'est pas né dans un contexte d'exploitation des misères, comme le prétend le Dr Kipuke. Les travaux de Mathiew Ojo du Nigéria ont démontré que ce phénomène est né parce les chrétiens convertis à l'université, à majorité catholiques d'origine, n'arrivaient pas à s'intégrer dans les églises missionnaires protestantes, pour les raisons évoquées ci-haut et d'autres. En RDC, nos statistiques réalisées entre 1995 et 1996 indiquent que, 60% des membres de ces églises de réveil sont d'origine Catholique et seulement 20% issus du Protestantisme. En outre, la majorité de l'élite de ces églises, sont universitaires et souvent ont quitté de hautes responsabilités séculières pour répondre à leur vocation. Les « splits » (schisme) dans les églises de la diaspora n'est pas une preuve d'hérésie, mais un effet secondaire négatif de manque de maturité structurale. Plusieurs communautés missionnaires du Congo ont vécu pire que cela, il y a moins de 50 ans.
J'exhorte donc les pasteurs des églises de réveil de poursuivre leur mission de prêcher le plein Evangile, de chasser les démons ; de prier pour la guérison de toute maladie et de ne pas oublier d'encourager les chrétiens de donner dîmes et offrandes, pour le progrès du Royaume de Dieu pendant notre génération. J'exhorte les dénominations protestantes en RDC de « dialoguer » avec ces églises, car ce sont vos filles, comme vous l'étiez d'une autre, au commencement de votre mouvement. Vive l'Eglise de Jésus-Christ sous toutes ses facettes.

Célestin Kibutu Ngimbi
Décembre 2008.



"Interview du Pasteur sur congovision:
la crise des églises du réveil" :


A propos du sabbat

Deux mille ans de christianisme ont suffi pour traiter toutes les questions relatives aux doctrines et à la moralité. Avec le temps, les différents groupes (dénominations) se sont formés et ont pris des positions. Mais grâce au Seigneur, un arbre doctrinal commun s'est dessiné, pour protéger l'Eglise du Christ des déviences possibles. Depuis que les Pères de l'Eglise ont compris que Christ est le Maître du sabbat, en tant que le chemin, la vérité et la vie et le sauveur de l'humanité, ils ont compris que l'attention devrait être portée sur la personne de Christ et non sur autre chose. C'est ainsi que le premier jour de la semaine, le dimanche, le jour de la résurrection de Christ a été considéré à juste titre, le meilleur jour pour célébrer en permanence la résurrection de Christ et fêter notre salut qui en découle.

Mais les Adventistes du septième jour n'ont pas accepté cette vérité évidente et continue, grâce aux écrits d'Hélène White (que je connais très bien puisque j'ai enseigné ces choses), à culpabiliser ceux qui ne savent pas distinguer le rôle du l'AT dans le NT. En effet, quand le NT s'exprime clairement sur un sujet de l'AT, le NT prend le dessus; quand le NT ne s'exprime pas, les dimensions morales de l'AT restent valables; quand le NT s'exprime partiellement sur un sujet de l'AT, une étude comparée est nécessaire. Avec ces principes, des érudits biblistes avant nous ont tranché depuis plus de 5 siècles sur tous ces sujets, entre autres: le sabbat; les lois des viandes -cochon et autres; les livres à retenir pour la Bible (les 66 sans les apocryphes...). Depuis, plus aucune église sérieuse ne se laisse prendre aux pièges des déviations telles: Jésus serait le Père, de Branham; le Saint-Esprit n'est qu'une influence puissante et Jésus n'est pas Dieu, des Témoins de Jéhovah et Way international; et d'autres sectes moins dangereuses, puisque faciles à dévoiler.

Je te réponds exceptionnellement, car les membres de l'EIB, avec plus de 20 ans d'enseignements, les fondéments - en 22 cds et tous les autres programmes ne devraient plus avoir le temps d'aller ramasser les virus spirituels en circulation. Nous devons nous occuper de notre noble vision autour du nouveau temple, car nous ne nous cherchons plus, mais nous avons définitivement trouvé ce pourquoi nous vivons au présent et pour l'éternité: l'assurance de notre salut et un service efficace pour influencer notre génération dans la direction du Royaume de Dieu. Dieu vous bénisse.

Past Dr C K N
Juin 2008



Nourrir beaucoup...

Au désert, il y a très longtemps, Dieu l’Eternel avait nourri des croyants nomades (Israël) dans le désert, avec des oiseaux et des mannes (Lire dans la Bible). Dans les Evangiles, Jésus nourrit les affamés par des pains et des poissons. De même les missionnaires, de siècle en siècle, ont nourri ou enseigné à produire la nourriture. Au huitième siècle, par exemple, Boniface d’Angleterre organisa des écoles parmi les Germains, en vue de l’apprentissage de différents métiers. De même au dix-huitième siècle, les frères Moraves, sous la direction de Louis Nicolas, le Comte de Zinzendorf, fondèrent des unités artisanales de production, qui devinrent plus tard des industries, pour améliorer le sort économique des peuples auxquels ils apportaient la foi chrétienne. Déjà en Europe du dix-septième siècle, c’est la France qui profita de la prédication des Réformateurs sur l’importance du travail, pour son développement économique (Belgia2000).

En résumé, la foi chrétienne a toujours été vulgarisée avec l’éducation et le pain. Aujourd’hui encore, certaines nations continuent à trouver dans les leaders chrétiens, ou les institutions qu’ils représentent, des alliés de choix, pour organiser ou faire arriver fidèlement l’aide sociale à ceux qui en ont besoin.

A notre tour, chacun, chacune, et à la suite de notre fidèle Berger Jésus, de faire de même, sans attendre d’avoir des millions, avant de commencer. Là où nous sommes, avec les cinq pains et les deux poissons du petit garçon de l’Evangile, et le Seigneur des seigneurs multipliera le peu pour nourrir beaucoup. Notre récompense sera grande dans les cieux !

Pasteur C. Kibutu.
Octobre 2007.